Accueil > Vie de l’Université > Vie culturelle > Concert classique : compositeurs nord-américains à l’honneur

Jeudi 28 mai 2015 de 18h30 à 20h00

Maison de l’étudiant

3, passage Jacqueline de Romilly
La Rochelle

Concert classique : compositeurs nord-américains à l’honneur

Dans le cadre du 47ème congrès de l’AFEA (Association Française d’Études Nord-Américaines) qui a pour thème « Mouvement, enracinement, fixité », L’Université de La Rochelle accueille musiciens et chanteurs classiques du Conservatoire de musique de La Rochelle qui mettent à l’honneur quelques grands compositeurs américains. Une soirée unique et généreuse. Entrée libre et gratuite dans la limite des places disponibles.

Sonates et poèmes nord-américains

Ce concert unique dévoile l’inventivité et la virtuosité de quatre grands compositeurs nord-américains du XXe siècle : Charles Ives (1874-1954), Aaron Copland (1900-1990), Elliott Carter (1908-2012) et George Gershwin (1898-1937). Plusieurs de leurs sonates sont ici rejouées par les musiciens du Conservatoire de musique de La Rochelle agrémentées de poèmes en anglais.

Quelques repères

  • Charles Ives
    « La musique de Charles Ives s’ancre au plus profond dans une enfance heureuse baignée des musiques les plus diverses, dont les souvenirs sublimés ont nourri abondamment une imagination riche et originale. Tout au long de l’itinéraire créatif de celui qui sera reconnu tardivement comme le pionnier d’une musique américaine moderne en quête d’identité, et qui saura combiner les mondes musicaux jusqu’alors inconciliables du vernaculaire, du trivial, du spirituel et du savant, plane l’ombre imposante du père, l’initiateur, le guide et, après la mort de celui-ci en 1894, le modèle. »
    Max Noubel, Ressources de l’Ircam.
  • Elliott Carter
    « Carter compose ses premières partitions importantes après son séjour en France (1932-35) où il était parti étudier avec Nadia Boulanger. Son catalogue comprend alors essentiellement de la musique vocale et de la musique de scène, deux genres qu’il abandonnera ensuite pendant plusieurs décennies. Les œuvres ne reflètent guère la nature avant-gardiste et profondément anticonformiste qui s’était révélée chez lui dès l’adolescence, sous la « protection artistique » de Charles Ives. Elles sont fortement tonales et de style encore hybride. Carter y fait preuve d’une maîtrise de l’art du contrepoint acquis par la fréquentation de la musique ancienne de Machaut, des madrigalistes anglais et italiens et des cantates de Bach. »
    Max Noubel, Ressources de l’Ircam.
  • George Gershwin
    « Programmé, au milieu des années vingt, par une chanteuse « classique », aux côtés de Bellini, Purcell, Bartók, Hindemith, Schönberg, Bliss, Delage, Milhaud et Kern, Gershwin devient l’un des musiciens les plus en vue de New York. Tout en composant des spectacles à succès pour Broadway, il passe au grand orchestre, avec une première Rhapsody in Blue, qu’il crée au piano, avec l’orchestre de Paul Witheman, en 1924 — sa création consacre définitivement son style unique, synthèse éblouissante du romantisme russe, de la virtuosité lisztienne, d’une modernité à la française (héritée de Debussy et Ravel) et des rythmes crus du jazz. »
    Médiathèque de la Philharmonie de Paris, repères musicologiques.
  • Aaron Copland
    « Issu, comme Gershwin, de l’immigration russe, Aaron Copland (1900-1990) étudia principalement à Paris, avec Nadia Boulanger, ainsi qu’avec le pianiste Riccado Vines. Proche de l’esthétique du groupe des Six, sa musique combine le jazz, la polytonalité et les folklores américains et sud-américains. Lorsque le compositeur retourne dans son pays natal, à la fin des années vingt, à quarante ans, il s’engage dans la voie du sérialisme. Composé en 1938, à la demande d’une compagnie de danse, Billy the Kid — sa partition la plus célèbre — est, d’une certaine manière, une transposition pour orchestre de chansons de cow-boys, même si à cette époque le compositeur ne connaît guère l’Ouest américain. »
    Médiathèque de la Philharmonie de Paris, repères musicologiques.

En savoir plus

  • Concert généreusement orchestré par : Régis Séjourné (piano), Julien Gomila (saxophone) et Martine Breillac (chant) du Conservatoire de musique de La Rochelle.
  • Congrès AFEA 2015 organisé du 27 au 30 mai à l’Université de La Rochelle (FLASH) avec la coordination de Danièle André, Maitre de conférence civilisations nord-américaines (FLASH) et membre du CRHIA.

Infos pratiques

  • Entrée libre et gratuite dans la limite des places disponibles.
publié le mercredi 27 mai 2015

Contact

Espace Culture

Tél. : 05 16 49 67 76
culture@univ-lr.fr

Maison de l’étudiant
Quartier BU/FLASH
3 passage Jacqueline de Romilly
17000 La Rochelle