Accueil > Vie de l’Université > Vie culturelle > Résidence d’artistes : Link Human/ Robot

Mercredi 26 février 2014 de 18h30 à 19h30

Maison de l’étudiant

3, passage Jacqueline de Romilly
La Rochelle

Résidence d’artistes : Link Human/ Robot

L’Université de La Rochelle accueille en résidence Link Human/Robot un projet transdisciplinaire, croisant recherche artistique et recherche scientifique, issu de la rencontre entre une artiste chorégraphe et un chercheur en robotique épigénétique au sein du laboratoire L3i de l’Université de La Rochelle. Performance chorégraphique entre une danseuse et un robot Nao. Du 24 au 28 février. Rencontre publique mercredi 26 février à 18h30. Entrée libre.

L’expérience de la relation à l’autre


"Link Human/Robot questionne la construction de notre relation à l’autre à travers l‘émergence de nouvelles formes d’altérité à la fois dans des environnements physiques où corporéités organiques et mécaniques entrent en présence et en interaction et dans ces territoires sociaux émergents issus de ces nouvelles formes de réseau.
De la forme relationnelle du binôme en face-à-face vers celle du réseau, à travers ces différents territoires d’échange, ce projet interroge l’évolution de la relation singulière humain/robot appréhendant notre relation à cette nouvelle forme d’altérité dans un rapport social et non seulement comme un face à face.

Ce projet met en œuvre dans l’espace public social virtuel et physique, des rencontres, des interactions entre humains et non humains, agents virtuels et robots physiquement incarnés. Toutes ces situations d’interaction sont des situations de transmission bidirectionnelle entre robots et humains, la transmission étant toujours au cœur de ces interactions à minima comme première étape nécessaire à l’échange via notamment un processus d’imitation pris à la fois comme processus d’apprentissage et comme mode de communication à part entière."

Mariage entre art et science


"La syntaxe chorégraphique est construite à partir d’une double influence artistique et scientifique qui finalement se rejoignent comme le processus d’accumulation utilisé en danse entre autres comme mécanisme de transmission et à partir
de processus d’apprentissage utilisés en robotique comme l’imitation en « turn taking ».
Le processus d’imitation est appréhendé ici dans sa complexité sociale, non seulement comme un processus-outil d’apprentissage mais comme un mode d’interaction et de communication à part entière.
L’imitation a deux facettes ; imiter et être imité. Reconnaître que l’on est imité change la position sociale de celui qui est imité. « Modèle et imitateur forment un nouveau système dynamique, un système évolutif construit sur la base de deux différentes épigenèses individuelles dont l’interaction fait émerger de nouvelles possibilités pour les deux, l’imitation génère des changements chez l’imitateur de même que chez le modèle.
Partant d’un processus mimétique à l’identique, en pénétrant nos espaces physiques et virtuels, quand la frontière tend à disparaître, créant des zones de croisement, d’intersection, en nous devenant plus proches, nos robots s’éloignent, s’émancipent devenant célibataires, autonomes…, le robot ne mime plus la danseuse, il réagit, il interprète, s’installe alors un véritable dialogue, une relation qui ne s’appuie plus sur
un rapport hiérarchique. Il s’agit là d’une phase de réappropriation et d’interaction en temps réel, une phase que l’on nomme en robotique production. Les gestes appartenant
au répertoire initial commun sont modifiés par les deux danseurs pour affirmer leurs différences morphologiques, des éléments de langages chorégraphiques émergent en temps réel, le robot et la danseuse improvisant en interaction l’un avec l’autre, l’interaction a également lieu sur le plan des temporalités, du rythme, par synchronisation/désynchronisation."

Présentation par Emmanuelle Grangier, artiste et chorégraphe

Equipe artistique et scientifique

  • Emmanuelle Grangier - Conception et réalisation, artiste et chorégraphe
  • Christine Niclas- Chorégraphie et danse performée
  • Arnaud Revel- Chercheur en robotique développementale et performeur, professeur en informatique au laboratoire L3i de l’Université de La Rochelle, responsable du master ICONE et responsable de l’école doctorale S2IM (Sciences et Ingénierie pour l’Information, Mathématiques)
  • Amélie Carvalho- Dessin et performeuse
  • Alexandre Bissarette- Régie générale et vidéo
  • Loïc Reboursière- Son
  • Marie Buyle- Lumière

Partenaires

Le projet est co-produit par le théâtre du Manège à Maubeuge et a obtenu l’aide à la création de la DRAC, région Nord-Pas-de-Calais.

Diffusion 2012-2013 :

Représentations à venir

  • Festival VIA (mars 2014), coproduction avec le Théâtre Le Manège à Maubeuge
publié le lundi 2 juin 2014