Accueil > Vie de l’Université > Actualités et événements > Trois étudiants rochelais récompensés pour leur projet « réseau social de (...)

Trois étudiants rochelais récompensés pour leur projet « réseau social de l’environnement »

Encyclopédie de la nature, réseau social de l’environnement, géolocalisation de données écologiques… autant de facettes du projet innovant rochelais E-Nature. Parmi les 21 finalistes du concours CGI Challenges, seule une université était représentée au côté de grandes écoles, celle de La Rochelle !

Samuel Le Pajolec, Romain Barraud et Julien Hay, étudiants en master Informatique ICONE à l’Université de La Rochelle, ont remporté le prix CGI Challenges dans la catégorie « Environnement et collectivités ». Ce projet a été soutenu par les étudiants et les enseignants en informatique en particulier Pascal Estrailler. Retour sur leur aventure.

Pourquoi s’être lancé dans ce concours ?

Romain : Début décembre, un de nos enseignants a informé les étudiants en informatique du lancement du concours CGI Challenges. Le premier dossier du projet était à rendre 10 jours plus tard ! Le projet était assez vague, mais l’idée de se lancer un tel défi nous a motivés ! Ce qui nous tenait le plus à cœur, c’était de réaliser un outil innovant et utile pour l’environnement et les citoyens. Nous l’avons baptisé E-Nature.

Romain Barraud, Samuel Le Pajolec et Julien Hay, lauréats du prix CGI Challenges

Quel est votre projet ? Qu’apporte-t-il aux citoyens ?

Samuel : Aujourd’hui, de nombreux labos de recherche, collectivités et associations spécialisés dans le domaine de l’environnement collectent des données. Notre projet consiste à développer une application Web accessible à tous pour répertorier et lier l’ensemble de ces données. En les centralisant, l’application offrira une vision d’ensemble. E-Nature, telle une encyclopédie, vise à partager et diffuser des données écologiques géo-référencées. Au final, ce « réseau social de l’environnement » sensibilise et amène les utilisateurs à fournir de l’information et à participer à des événements écologiques.

Et concrètement, quelle serait l’utilisation d’E-Nature ?

Logo E-Nature Julien : Par exemple, vous souhaitez connaître l’espèce d’un champignon ? Rien de plus simple, grâce à votre smartphone, l’application analyse la photo de votre champignon et déduit des informations de votre localisation géographique. E-Nature vous propose de définir également les caractéristiques de l’espèce afin d’afficher toutes les données relatives à ce champignon. L’application ne s’arrête pas là, elle propose également de connaître la faune, la flore, les espèces en danger près de chez soi. Elle s’adresse enfin à des professionnels. Prenons l’exemple d’un garde forestier qui constate une diminution de la population d’une espèce animale sur un vaste territoire. Via l’application, il pourra comprendre qu’un phénomène environnemental (inondation, feux de forêt…) qu’il n’aurait pas répertorié est à l’origine de ce problème. En effet, E-Nature se veut être un outil efficace dans l’analyse des phénomènes naturels voire un outil d’aide à la décision.

Quelle suite allez-vous donner à E-Nature ?

Remise des prix avec Cécile Ostria, directrice de la Fondation Nicolas Hulot

Tous : Nous souhaitons continuer à travailler sur ce projet. Dans un premier temps, nous avons besoin de financements pour poursuivre le développement d’E-Nature. Pour l’instant, nous allons nous concentrer sur nos stages. Après l’obtention du master, chacun d’entre nous poursuivra sa voie soit par un doctorat ou soit en intégrant le monde professionnel.

Êtes-vous devenus des écocitoyens modèles ?

Tous : Nous l’étions déjà ! Nous faisons partie d’une génération déjà fortement sensibilisée à l’écologie.

En savoir plus

Contacts

publié le mercredi 24 avril 2013